Paradoxes

A la fin du XXI è siècle, il est possible que la température de la planète ait augmenté de 1 ou 2 degrés, il est possible également que cela ne soit pas le cas.

Dans l’hypothèse, invérifiable, et non prouvée, que les Cassandre du désastre climatique aient raison, il y a différentes attitudes à avoir.

Les émissions de gaz à effet de serre par les d’énergies issues des carburants fossiles sont montrées du doigt par les mouvements écologistes.

Le salut, d’après eux revient donc à la réduction de la consommation de ces carburants de façon drastique, avant même d’avoir trouvé des énergies de substitution.

Premier paradoxe:

Ces énergies de substitutions existent, elles sont connues et utilisées, mais elles sont, elles-aussi rejetées, pour d’autres motifs, par les mouvements écologistes. C’est l’énergie nucléaire, non productrice de gaz à effet de serre.
En renonçant à cette énergie, les écologistes ne favorisent pas la diminution des émissions de gaz à effet de serre.

Deuxième paradoxe:

Les pays émergents, Chine, l’Inde ou le Brésil ont à juste titre une volonté d’atteindre le niveau des pays occidentaux au risque de contribuer, de par leur taille, à une pollution démesurée. Le jour où chaque Indien, chaque Chinois aura sa voiture individuelle, ces pays produiront  plus de gaz à effet de serre que l’occident n’en à jamais produit.

Souvent engagés au côté des mouvements alter-mondialistes, les écologistes ne prennent pourtant pas en compte les demandes légitimes de progrès de ces pays, et veulent les faire participer également aux économie énergétiques.

Le choix des mouvements écologistes conduit donc fatalement au renoncement pour les pays émergents de l’accession aux sources de conforts et de progrès qui font la richesse des nations du Nord.

Une telle attitude, outre qu’elle met en évidence les incohérences des prises de positions contradictoires des écologistes, creusent le fossé entre pays riches et pays émergents. Si la politique d’économie prônée par ces mouvements était imposée à ces pays, des tensions entre Nord et Sud seraient à craindre, et la situation internationale pourrait connaître des périodes de conflits généralisés entre pays riches et pays émergents.

A moins de croire naïvement que celles-ci vont accepter de leur plein gré de ralentir leur progrès

Troisième paradoxe:

Personne aujourd’hui ne peut imaginer les avancées de la sciences dans les cent ans à venir.

Le 1er janvier 1901, personne n’avait imaginé l’énergie nucléaire, la bombe atomique, les greffes du coeur, le téléphone et l’ordinateur portable, le GPS ou les antibiotiques. Et personne n’avait prédit Auschwitz.
Le 1 janvier 2001, personne n’avait imaginé le 11 septembre de la même année.

Les nouvelles énergies, le recyclages des déchets, la recherche médicale, le génie humain ne peut que parvenir à accomplir des progrès que nous ne pouvons même pas imaginer dans le siècle qui vient.

Les domaines auxquels nous pouvons penser aujourd’hui sont déjà très prometteurs: bio technologies, nano technologies, astronautique, matériaux composites, clonage, etc.

Et tous les domaines dont nous ‘avons pas encore la moindre idée.

Au lieu de mettre en chantier de grands projets de recherche, les mouvements écologistes préfèrent nous proposer des solutions de régression ( vélos, renoncer au génie génétique, etc) des méthodes fascisantes ( boycott, arrachage de plantations, etc.).

Aucune vision positive de l’avenir, utilisation des théories du complot, entretien des peurs, rien de grand, de positif, de valorisant dans les promesses de ces mouvements.

Quand bien même, certaines de leurs craintes seraient fondées, ce ne sont jamais des solutions qui s’appuieraient sur le progrès qu’ils choisissent, mais toujours des solutions de replis, de marche en arrière.

Quatrième paradoxe:

Toutes les peurs qui nous sont instillées à longueur de journée par les mouvements écologistes, sont des peurs pour, au mieux, ou plutôt au pire, après-demain.

Aucune ne se base sur des événements avérés, qui se seraient dèjà produits de mémoire d’homme, ni même dans les temps historiques.

Toutes les catastrophes écologiques sont des scénarios originaux, qui sortent de la pensées de quelques savants et qui sont repris abondamment par la presse, qui on le sait bien n’annonce jamais les trains qui arrivent à l’heure.

Il existent pourtant des menaces bien plus d’actualités dans le monde d’aujourd’hui. Des dangers dont l’humanité a déjà eu a pâtir, et il y a moins de 70 ans, donc de mémoire d’homme. D’autres encore plus virulents qui ont déjà commencé à frapper.

Quand Ahmadimedjah en Iran expose la disparition d’un état membre de l’ONU, état dont la population a déjà fait l’objet d’une tentative d’extermination au siècle dernier, quand Ben Laden promets à l’occident un XXIè siècle sans repos, et qu’il inaugure celui-ci par le plus ignoble attentat, où sont les écologistes?

Avec ces grands prédateurs de l’humanité, les dictateurs fous, les terroristes, les racistes, les vindicatifs, les intolérants, le danger n’est pas pour dans un siècle, il n’est pas une projection hypothétique, il est annoncé pour les années à venir, il est précis, détaillé, répété à longueur de discours, il est la reproduction en copier-coller de celui d’un autre dictateur fou, qui lui aussi a annoncé ce qu’il voulait faire et fait ce qu’il avait annoncé!

Pour quelles obscures raisons, ces mouvements craignent ils davantage d’hypothétiques catastrophes qu’aucun être humain n’a jamais vues,  que la promesse mille fois tenues de fous sanguinaires émules de leurs tristes prédécesseurs?

Publicités
  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :