en réponse à Josyane Boulos

Une Libanaise qui ne veut pas  » être Charlie »

: http://josyaneboulos.blogspot.co.il/2015/01/je-veux-bien-etre-charlie-mais.html?m=1

Non, Madame,

Vous n’êtes pas Libanaise, vous êtes un être humain, avec un cerveau qui doit vous servir à raisonner.

Vos réticences ne sont pas le fruit de votre reflexion, mais celles d’émotions, dont certaines sont légitimes, mais en aucun cas cela vous donne le droit de passer à côté de l’essentiel.

La situation au Liban, et dans toute notre région est pathétique, scandaleuse (bien que vous et moi ne serons pas d’accord sur les scandales en question), triste et semble sans issue.

Les actes de violence y sont quotidiens et l’horreur de celui d’hier sera bien vite oublié face à celui de demain.

S’indigner chaque jour devant ces actes est essentiel, et leur reproduction quotidienne ne doit pas émousser notre capacité à condamner sans appel la violence.

Mais, il est de notre devoir d’être pensant, de percevoir quand un acte marque un tournant, quand un épisode n’est pas la simple continuité d’un épisode précédent, mais devient un point pivot dans la sinistre histoire de l’humanité.

Votre univers, celui que vous avez choisi, c’est l’univers du monde arabo-musulman, il est d’essence, depuis la geste du Prophète, violent, même lorsqu’il a eu ses périodes d’accalmie. En tant que chrétienne, vous avez fait le choix de cet univers dans lequel vous ne serez jamais qu’un Dhimmi, c’est tellement vrai que votre texte sens la soumission à plein nez, ainsi pas une fois vous ne citez l’Islam comme coupable de ces monstruosités.

Vous ne voyez même pas combien votre parole est volée, confisquée par un Islam totalitaire qui ne vous autorise pas à exprimer vos peurs.

L’Islam n’est pas qu’une religion où la violence est quotidienne, l’Islam peut être, a été et est aussi une religion où tolérance, douceur, paix sont des fondamentaux, ne regardons que du côté du soufisme pour s’en persuader.

Vous avez donc le droit de rêver d’un tel Islam et mettre des réserves dans vos éventuelles condamnations de l’Islam dans ses avatars contemporains (comme je le fais moi-même), mais vous n’avez pas le droit d’occulter la responsabilité d’un Islam dévoyé dans les malheurs du monde actuel.

Et j’en viens à l’essentiel, parce que, en bonne Dhimmi, vous avez peur de dire tout haut ce qu’un inférieur n’a pas le droit de dire, vous vous abandonnez en circonvolutions vaseuses pour dire qu’après tout le massacre de Charlie n’est pas pire que la décapitation des pauvres soldats Libanais qui n’a pas suscité autant d’émotion.

Mettre tous les événements dans le même sac c’est se rendre coupable de les rendre banals, Charlie n’est pas un événement qui s’inscrit dans une continuité quotidienne, c’est ça qui suscite l’ émotion en Occident.

Les événements qui marquent des tournants doivent être identifiés si on veut gagner la guerre contre le terrorisme qui nous ronge tous.

Mais les connaissez-vous, les avez-vous identifiés?

En voici quelques uns qui ont rendu notre monde un lieu où il ne fait toujours bon de vivre:

l’Attaque conjointe de 6 états arabes contre un minuscule Israël naissant,

Les premiers détournements d’avion,

L’assassinat des athlètes Israéliens à Munich,

Le 11 septembre,

Les meurtres commis par Mohamed Merah,

Vous voulez ajouter à la liste…

Vous ne trouverez que des exactions commises par des individus revendiquant leur appartenance au monde islamo-arabe.

Un monde qui n’a comme seuls modèles des émirats esclavagistes, un royaume raciste ( je vous rappelle que je n’ai pas le droit d’y aller en tant que Juif), un Assad qui massacre sa population ou un Daech qui massacre les massacreurs! Quel monde!

Alors, bien sûr que le Liban souffre, bien sûr que son occupation par une cinquième colonne téléguidée par l’Iran est scandaleuse, bien sûr qu’il est légitime de pleurer sur chacun de vos morts, mais ceux-ci s’inscrivent (et ce n’est pas une consolation) dans un contexte, une continuité, Hell as usual!

Charlie marque un tournant en ce sens que c’est un événement différent, c’est une exécution de 12 personnes, de sang froid en plein Paris, dans un lieu sous surveillance policière. C’est un assassinat commandité depuis 10 ans….et pendant ces dix ans qui, qui dans le monde arabe s’est élevé pour lancer une fatwa contre les pseudos imams qui avaient ainsi chauffé à blanc leurs ouailles?

Des fatwas contre ceux qui se donnent la liberté de parole, mais pas de fatwa contre ceux qui se donne la liberté d’assassiner!

Un assassinat programmé depuis 10 ans, ça c’est quelque chose de nouveau, de plus inadmissible que les inadmissibles précédents, une étape nouvelle qu’il est impossible de ne pas identifier comme telle.

Un assassinat contre ce qui fait justement la spécificité de l’Occident par rapport à cet Orient que nous aimons pourtant tellement: la liberté, la liberté de parole, le droit à la transgression, au mauvais goût, à l’humour, à la dérision (y compris l’auto-dérision).

Cet attentat inqualifiable n’est pas un autre attentat, il touche à l’essence même de nos sociétés.

C’est pour ça que nous ne pouvons pas le laisser passer.

Le Liban est un état hybride, ni ici, ni la-bas, il aime la culture arabe paisible, mais rêve de l’Europe, du Canada.

C’est le seul état de la Région, avec Israël a être capable de partager des valeurs de libertés avec l’Occident.

Si vous ne comprenez pas cela, c’est que vous vous êtes habitué à l’horreur, qu’elle ne vous choque même plus, c’est que vous êtes confortable dans ce monde là.

Quand un événement de cette importance arrive, la plus raisonnable des choses est surtout de ne pas le banaliser en l’inscrivant dans une continuité macabre et quotidienne.

Lutter c’est savoir décrypter les faits et comprendre lorsque des sauts sont franchis.

Deux autres événement ont marqué des tournants, s’ils avaient été analysés avec le soin qu’ils méritaient, et si une réponse collective avaient été apporté immédiatement, peut être n’en serions-nous pas là:

L’assassinat de Rafic Hariri,

Et cet événement dont personne n’a prévu la portée: la décapitation d’un journaliste juif: Daniel Pearl!

Aujourd’hui, je suis Rafic, je suis Daniel, je suis Charlie!

Cordial Shalom,

Adam Harishon

l’article…

JE VEUX BIEN ETRE CHARLIE, MAIS…

Je veux bien être Charlie, mais je suis quand même réticente.  Evidemment je n’encourage nullement terrorisme… loin de là.

Je suis tellement contre la violence que le seul acte violent que je conçoive est celui de tuer un moustique. Et encore… il doit m’avoir piqué au moins 3 fois. Le tuer devient ainsi un acte d’auto-défense.

La liberté d’expression, j’adhère. Les yeux fermés. Farouche défenseur même.

Mais je ne supporte pas l’extrémisme quel qu’il soit, religieux, politique, culture. C’est égal. Et Charlie Hebdo était quand même extrémiste à sa manière. Ce qui bien sûr, n’excuse pas l’attaque meurtrière. Ignoble. Inacceptable.

Soit.

Maintenant que c’est clair qu’une fusillade n’a jamais rien réglé, je suis quand même étonnée de l’engouement des Libanais à vouloir être Charlie. Alors que Charlie lui n’a jamais été Samir, Gebran, Kamel, Riad, Salim, May et j’en passe. Charlie Hebdo avait même pris partie avec Israël en 2006.

Qu’on rejette l’acte terroriste, oui. Qu’on accuse le meurtre, oui. Qu’on pleure des journalistes, oui. Qu’on déplore la disparition de brillants dessinateurs, absolument.

Mais… Le monde entier aurait réagi comment si le même cas de figure s’était présenté au Liban ? Aurait-on été L’Orient ? Le Nahar ? La Jamhouria ? ou n’importe lequel de nos quotidiens, hebdomadaires ou mensuels ? Evidemment que pas ! Nous sommes devenus tellement « Collateral damage » que tout le monde s’en fiche de nos bombes et voitures piégées. Les médias de la planète nous ont tellement affichés et décrit comme la peste bubonique que nous sommes nous-mêmes convaincus que nous sommes des humains de second ordre.

La preuve la réaction sur les réseaux sociaux libanais.

« Je suis Charlie » pour ressembler à l’occident. Alors que la majorité n’avait jamais entendu parler de Cabu et de Wolinski (dont j’adore les dessins).

«  Nous ne sommes plus en sécurité nulle part »… Franchement, nous ne sommes pas en sécurité dans notre propre pays et peu nombreux sont ceux qui ont les moyens d’aller vivre tranquille, ailleurs. Commençons par exiger la sécurité chez nous. Commençons à pleurer nos morts. Nos soldats. Nos martyrs (bien que j’ai ce mot en horreur.)

«  Ca fait peur… » Fallait-il vraiment que des français meurent pour commencer à avoir peur ? Et les centaines de morts depuis 1975, (pour les mêmes raisons que ceux du 7 janvier 2014) ça ne vous fait pas peur ? Et les soldats décapités presque devant nos portes ? Quelqu’un a-t-il dit «  je suis Ali Sayed » ? (Pour ne citer que lui) Isis ou Daech c’est pourtant la même chose ou je me trompe?

« C’est que nous nous sommes habitués, mais eux… » Pour moi le coup de semonce. Non je ne veux pas m’habituer au terrorisme, à la mort violent et à l’insécurité. « Eux » ne sont pas mieux que moi ou que quiconque natif de ces 10452km2. Ca me désole qu’on puisse penser ainsi.

Personne quelle que soit sa nationalité, sa couleur, sa religion ou son appartenance ne doit subir une mort due à un acte terroriste ou de guerre. Et cette mort violente ne doit en aucun cas être considérée comme « une habitude »…

Des milliers de Libanais sont morts pour défendre la Liberté. Toutes sortes de Libertés. Et continuent le combat malgré les menaces et la terreur, dans l’ignorance mondiale.

Non, Je ne suis pas Charlie.

Je suis Libanaise.

Publicités
  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :